INFORMATION IMPORTANTE

Chers Clients et Amis,

 

Récemment à Tunis, un bureau faisant de l'immigration pour le Canada a dû changer de nom dans la hâte suite à un message de l'avocat qui faisait ses dossiers au Canada.

 

La raison ? Des malversations auprès de la clientèle…

 

Cette situation met en relief une pratique très courante dans le domaine de l'immigration.  Pour pratiquer dans ce domaine, il faut soit être consultant agréé,  soit être avocat ou notaire.  Or, la plupart de ces praticiens autorisés par les autorités gouvernementales ne sont pas intéressés à prendre les responsabilités d'avoir un bureau dans un pays étranger avec toutes les implications au niveau des dépenses,  de la gestion à distance d'un bureau et de ses employés.

 

Pour contourner ces responsabilités et obligations, ces praticiens prennent ce que l'on appelle des représentants. En général, ce sont même ces représentants potentiels qui contactent les praticiens autorisés au Canada pour les représenter et partager les honoraires perçus.

 

Ainsi, le représentant ouvre son bureau, attire des clients et transmet ensuite ses dossiers vers le Canada pour traitement en remettant un pourcentage de la somme demandée aux clients pour que le dossier soit traité.

 

Le domaine de l'immigration étant  trop sensible et trop délicat pour que cela fonctionne sans problème, les cas de représentants qui ferment, disparaissent ou ne font rien pour les clients après avoir pris leur argent sont très fréquents. Une fois que le praticien autorisé se rend compte que les clients ne sont pas servis dans les normes ou que les paiements ne lui parviennent pas, alors il met un message pour aviser les clients…

 

Ceux qui veulent immigrer, qui se sont engagés avec des personnes plus ou moins sérieuses, non autorisées à agir et sans la moindre formation se retrouvent au milieu de conflits qui ne les concernent pas mais qui affecteront sans doute leur dossier alors qu'ils ont payé pour une prestation de service.

 

Dans le domaine de l'immigration, il n'est pas facile d'avoir des clients sans avoir déjà une certaine réputation et les lois actuelles ne facilitent pas les choses. Alors, bon nombre de ces représentants se trouvent financièrement très serrés et c'est là que le risque commence car les dépenses sont là et ils doivent y faire face. C'est à ce moment que commencent les promesses mirobolantes et les offres peu crédibles … Ces représentants sont souvent très persuasifs. Ils sont davantage des commerçants vendeurs que des professionnels autorisés. Certains arrivent même à avoir un nombre de fans très importants sur Facebook car ils sont très actifs sur les réseaux sociaux.

 

Soyez donc très prudents dans ce domaine.  Chez ACCES CANADA même si nous avons été contactés des centaines de fois par des représentants potentiels, nous avons toujours refusé. L'immigration est un domaine trop délicat pour laisser faire des représentations à des clients potentiels par des personnes sans responsabilité ni  formation. Ainsi, depuis notre ouverture, il y a 22 ans maintenant, tous nos bureaux sont les bureaux de notre firme avec comme responsable, le soussigné, Alain GUERRERO.

 

Avant de confier votre dossier, prenez le temps de bien vérifier cet aspect car cela vous assurera non seulement d'un traitement professionnel pour votre dossier sans fausses promesses mais aussi cela vous évitera de vous retrouver un jour dans le conflit opposant un représentant dans votre pays avec un professionnel autorisé au Canada car si votre bureau local ferme, vous n'aurez plus d'interlocuteur local et cela compliquera énormément votre procédure.

 

Aucun risque avec ACCES CANADA. Depuis 22 ans, aucun représentant et cela ne se produira jamais pour le bien de nos clients et de notre réputation.

 

Très bon week-end à tous !

 

 

Alain GUERRERO

Président

ACCES CANADA

 

Retour aux nouvelles
Débuter votre démarche ici

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être les premiers informés de nos nouveautés.


Envoyer

Sondage éclair

La façon qu’adopte les autorités de l’immigration de fonctionner dorénavant par quotas, est-ce pour vous une chose:







Répondre