Pénurie de main-d'oeuvre : les PME de Beauce embauchent à l’étranger.

De plus en plus d’entreprises de la Beauce recrutent des travailleurs à l’étranger pour déjouer la pénurie de main-d’œuvre.

Incapable de trouver des travailleurs qualifiés au Québec, le fabricant de semi-remorques Manac de Saint-Georges de Beauce recrute maintenant au Costa Rica et au Nicaragua.

 

Au cours des dernières années, une trentaine de soudeurs en provenance du Costa Rica sont débarqués en Beauce pour travailler dans l’usine de Manac.
«Ce sont de très bons travailleurs et ils s’adaptent rapidement», a précisé au «Journal de Québec» le grand patron de Manac, Charles Dutil.


Les soudeurs du Costa Rica gagnent en moyenne 4 $ l’heure dans leur pays.
Chez Manac, leur salaire de base se situe autour de 15 $ l’heure. Après deux ans, ils peuvent gagner 20 $ l’heure.

Manac, qui emploie tout près de 800 personnes à son usine de Saint-Georges, dit être constamment à la recherche de travailleurs alors qu’une vingtaine de postes sont à pourvoir actuellement.


Manac dit avoir élargi son champ de recherche au Nicaragua récemment en accueillant en Beauce plusieurs travailleurs de ce pays d’Amérique du Sud.
«Ils arrivent ici avec certaines qualifications et on s’occupe de reste en les formant selon nos standards», a indiqué M. Dutil.

Olymel recrute à Madagascar
L’usine d’Olymel de Vallée-Jonction mise également sur l’international pour combler ses besoins criants de travailleurs.(...)


L’immigration fait partie de la solution


Dans la région de la Beauce, plusieurs milliers de postes sont actuellement offerts par les entreprises qui peinent à trouver des travailleurs.

«On ne parle plus de quelques centaines de postes à combler, mais bien de 2000 à 3000 emplois disponibles», soutient la porte-parole de l’organisme La Beauce embauche, Mélanie Poulin.

 

Avec un taux de chômage aussi bas que 2,4 %, les entreprises n’ont d’ailleurs plus d’autre choix que de se tourner vers l’international.

«C’est là que les entreprises s’en vont. Et il faut bien les préparer, car on veut que les travailleurs qu’ils vont aller chercher demeurent ici dans la Beauce par la suite», indique Mme Poulin.

 

Sur les ondes des stations de radio de la Beauce, les annonces d’embauche sont ¬devenues une réalité quotidienne pour les entreprises.

«On sait que c’est un problème qui touche maintenant tous les secteurs de l’économie. L’immigration fait partie de la solution», souligne la directrice générale de la Chambre de commerce de la Nouvelle-Beauce, Nancy Labbé.(...)

 

 

Source : Extrait d’article tiré de TVA Nouvelles

 

Retour aux nouvelles
Débuter votre démarche ici

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être les premiers informés de nos nouveautés.


Envoyer

Sondage éclair

La façon qu’adopte les autorités de l’immigration de fonctionner dorénavant par quotas, est-ce pour vous une chose:







Répondre