Travailleurs handicapés ou déficients : Des perles rares pour des centaines d’employeurs


Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260?employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.


Des centaines d’employeurs aux quatre coins du Québec font le choix d’embaucher des travailleurs aux prises avec une déficience intellectuelle ou un autre handicap, une main-d’œuvre qu’ils considèrent comme dévouée, charmante et compétente.


Au moment où la multinationale Walmart est plongée dans une controverse pour avoir montré la porte à ces employés différents - avant de finalement reculer jeudi pour leur permettre de revenir au travail -, «Le Journal de Montréal» n’a eu aucune difficulté à trouver des exemples d’employés ayant un handicap qui font la joie de leur employeur.


Des entreprises satisfaites


Les employeurs de ces personnes différentes sont tous satisfaits du travail de leurs employés. Ils soulignent que ceux-ci contribuent à une bonne ambiance de travail par leur bonne humeur et leur dévouement, et qu’ils sont reconnaissants de faire partie d’une équipe de travail.


«Ils apportent un équilibre dans une équipe, ce sont des perles rares», mentionne Sandy Lalonde, propriétaire du Croquignolet, un traiteur de Québec qui compte deux personnes ayant un handicap dans sa petite équipe.


«C’est une main-d’œuvre disponible qu’on devrait utiliser plus», insiste le président du Regroupement des organismes spécialisés pour l’emploi des personnes handicapées (ROSEPH), Joseph Giulione, alors que le Québec, dit-il, traverse actuellement une pénurie de main-d’œuvre historique.


Source : Extrait d’article tiré de TVA Nouvelles

Retour aux nouvelles
Débuter votre démarche ici

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être les premiers informés de nos nouveautés.


Envoyer

Sondage éclair

Si votre dossier présente + de chances et de rapidité pour le fédéral (installation hors Québec) à travers le programme de l’Entrée Express mais est aussi positif pour le Québec avec une procédure environ un an plus longue, quelle option choisiriez-vous ?





Répondre