Préoccupante pénurie de main-d’œuvre à Québec

 

Québec a enchaîné les records en 2018 sur le marché du travail. Le taux de chômage, l’emploi et la population active ont atteint des résultats historiques. Une situation jugée «préoccupante».

 

Mardi, Québec International (QI) a dévoilé son analyse du marché pour la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec.

 

Sans surprise et au grand dam des entrepreneurs, le taux de chômage pour la dernière année a atteint le seuil historique de 3,8 %, permettant à la RMR de Québec de conserver sa couronne des régions métropolitaines du Canada. 

 

«Le besoin de main-d’œuvre demeure bien ancré dans la réalité des entreprises de la région», mentionne dans son rapport l’équipe économique de QI, estimant qu’il s’agira du principal enjeu pour plusieurs patrons en 2019. 

 

Cette situation pourrait même venir freiner la croissance de certaines compagnies sur le territoire, prévient l’organisme.

 

Déjà, au cours des derniers mois, plusieurs restaurateurs de Québec comme les propriétaires du Brigantin, sont sortis dans les médias pour annoncer qu’ils devaient revoir leurs heures d’ouverture ou même fermer boutique en raison d’un manque de personnel.

 

Signe que la rareté de la main-d’œuvre n’est pas un mirage, au troisième trimestre de 2018, près de 20 000 postes étaient vacants dans les régions administratives de la Capitale-Nationale (12 220) et de la Chaudière-Appalaches (7470), soit environ le double par rapport au troisième trimestre de 2015.

 

«Le nombre de postes non comblés ne cesse de croître», s’inquiète QI. «Les besoins en main-d’œuvre sont de plus en plus criants», poursuivent les responsables. 

 

Mardi, seulement sur le site d’Emploi-­Québec, 5021 postes étaient à pourvoir dans la Capitale-­Nationale et 2888 en Chaudière-Appalaches.

 

Le marché du travail a enregistré une progression de 9800 emplois dans la RMR de Québec, qui couvre essentiellement le territoire des villes de Québec et de Lévis, pour atteindre un sommet historique de 452 600. C’est le secteur des services qui a affiché la meilleure mine (+ 3100).  

 

«Cette croissance est due, entre autres, à la performance de l’industrie de l’information, de la culture et des loisirs, à celle des services d’enseignement ainsi qu’à celle du commerce de détail», explique QI.

 

L’industrie de la construction (+ 2600), avec une augmentation du nombre de chantiers dans la région — on peut penser au développement du Grand Marché de Québec ou au réaménagement de l’hôpital de l’Enfant-Jésus —, ainsi que l’industrie manufacturière (+ 1200) ont aussi tiré leur épingle du jeu, contrairement au secteur de la santé qui a enregistré un recul.

 

Pour le secteur manufacturier, la valeur du huard favorable semble avoir contrebalancé les incertitudes liées aux renégociations de l’accord Canada-États-Unis-Mexique, répond QI pour expliquer cette bonne performance. (…)

 

Source : Extrait d’article tiré de Le Soleil

Retour aux nouvelles
POUR POSER VOS QUESTIONS OU DÉBUTER VOTRE DÉMARCHE

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être les premiers informés de nos nouveautés.


Envoyer

Sondage éclair

Si votre dossier présente + de chances et de rapidité pour le fédéral (installation hors Québec) à travers le programme de l’Entrée Express mais est aussi positif pour le Québec avec une procédure environ un an plus longue, quelle option choisiriez-vous ?





Répondre