Sélection fédérale: Catégories, seuils, critères et points attribués


Le système est simple. La loi fixe des catégories et sous-catégories d'immigrants, chacune ayant ses propres critères de sélection. 

Chacun de ces critères permet d'obtenir des points de façon objective, par rapport à des situations déterminées. Lorsque les critères sont appliqués à un candidat, celui-ci reçoit les points qui correspondent à sa situation. 

L'évaluation de tous ces critères permet d'obtenir un total. Si ce total dépasse le seuil minimum prévu pour la catégorie du candidat, celui-ci est accepté. Si le total n'est pas suffisant, il sera refusé. 

Les catégories et les seuils à atteindre 
La loi canadienne détermine 5 catégories et sous-catégories d'immigrants, ayant chacune des seuils de points différents à atteindre : 

1. Travailleurs qualifiés : Il s'agit de personnes désirant s'installer définitivement au Canada pour y travailler, mais qui n'ont aucune famille au pays. Ces candidats doivent obtenir 67 points sur un potentiel de 100 points. Le critère de la demande dans la profession n'est plus déterminant. 

2. Parents aidés : Ces candidats sont dans la même situation que les immigrants indépendants, mais ont un proche parent qui vit au Canada. Ils doivent obtenir 67 points sur un potentiel de 100 points. 

3. Travailleurs autonomes : Ces personnes viendront au Canada pour apporter une contribution significative à la vie culturelle, sportive ou artistique ou alors , il peut s'agir également des cas d'agriculteurs industrialisés. 

4. Entrepreneurs : Il s'agit de candidats désirant s'installer au Canada pour créer ou acheter un commerce ou une entreprise employant environ deux employés, autres qu'eux-mêmes et leurs personnes à charge. Un actif minimum de 300 000.00$ est exigé. Ce type de visa de résident permanent est conditionnel à la réalisation du projet d’affaire dans un laps de temps donné.

5. Investisseurs : Ces candidats viendront investir au Canada, de façon passive, ce qui implique qu'ils n'auront ni projet d'affaires à présenter, ni d'entreprise à créer. Cette sous-catégorie permet l'acceptation la plus simple de toutes. Pour entrer dans cette catégorie, un candidat doit détenir, et non investir, des actifs supérieurs à 800 000 $ canadiens et avoir 3 ans d'expérience en gestion, à son compte ou à titre de cadre. 

Les critères 
(applicables pour la sous-catégorie des immigrants travailleurs qualifiés et des parents aidés) : 

Les critères et leur pondération maximale sont énumérés ci-après. Vous remarquerez qu'il n'existe qu'un facteur éliminatoire, soit l'expérience, qui doit être au minimum d'un an. Tous les autres critères ne sont pas éliminatoires. C'est pourquoi, par exemple, des immigrants peuvent arriver au Canada sans parler l'anglais ni le français, s'ils obtiennent leurs points grâce aux autres critères. Il est à noter que contrairement à la grille d'évaluation du Québec qui suit, le fédéral évalue de la même façon les personnes célibataires ou mariées: 

1. L'instruction sur 25 points : Il s'agit du niveau scolaire atteint par le candidat. Tous les types de degrés et de diplômes académiques sont prévus au règlement et chacun d'eux reçoit un pointage spécifique. 

2. L'expérience sur 25 points : Il s'agit du nombre d'années d'expérience que le candidat a accumulé dans la profession mentionnée, d'un niveau minimum 0, A ou B selon la Classification Nationale des Professions. 

3. L'âge sur 10 points : Le candidat recevra de 0 à 10 points pour ce critère, selon qu'il se situe ou non dans le groupe d'âge considéré comme idéal. Il ne s'agit pas d'un facteur éliminatoire. Ainsi, même si le candidat se situe tout à fait à l'extérieur du groupe d'âge considéré comme idéal, sa candidature pourra être retenue en autant qu'il réussisse à accumuler ses points en fonction des autres critères. 

4. Les langues sur 20 points : Le Canada évalue de façon égale les deux langues officielles du pays, à savoir le français et l'anglais, et ce, peu importe le lieu de résidence prévu. Les deux langues sont donc traitées sur un pied d'égalité. Le candidat indiquera seulement la langue avec laquelle il se sent le plus à l'aise et c'est cette dernière qui servira de base à l'évaluation de ses connaissances linguistiques. 

5. Professions réservées avec validation sur 10 points : Il s'agit des cas rares où le candidat étranger détient un emploi assuré, validé par les autorités gouvernementales canadiennes. 

6. L'adaptabilité sur 10 points : C'est surtout les candidats qui ont travaillé ou étudié au Canada qui seront favorisés. Sont pris en compte les critères suivants : les études du conjoint, des études antérieures au Canada, un travail antérieur au Canada, une offre d'emploi au Canada, avoir des parents au Canada.

Débuter votre démarche ici

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour être les premiers informés de nos nouveautés.


Envoyer

Sondage éclair

La façon qu’adopte les autorités de l’immigration de fonctionner dorénavant par quotas, est-ce pour vous une chose:







Répondre